#ArtistToFollow
La playlist de la rentrée

28 septembre 2019

Les #artisttofollow ce sont les pépites d’aujourd’hui et de demain que l’on affectionne tout particulièrement au Bataclan. En voici une sélection non exhaustive !

Et pour écouter notre playlist, c’est par ici :

Isaac delusion

Depuis la création du groupe en 2011, Isaac Delusion a publié deux albums (Isaac Delusion en 2014, puis Rust & Gold en 2017 chez microqlima). Ils ont rempli des salles comme l’Élysée Montmartre et L’Olympia, tout en enchaînant les tournées en France comme à l’étranger, où un public fidèle s’est constitué partout dans le monde.

Un nouveau titre dans l’histoire d’un groupe français à part, loin des modes et des excitations passagères. Rescapés d’une certaine scène des débuts 10’, le temps a fait d’eux un objet précieux : de la pop comme on n‘en fait plus, qui revendique haut et fort ses influences anglo-saxonnes. Avec leurs chansons hors temps et hors sol malgré la gravité qui pèse toujours, écriture spontanée et mélodies simples et belles, ceux qu’on qualifiait de doux rêveurs ont largement prouvé qu’ils savaient faire rêver.

Fancy est une jolie balade d’été sans pesanteur, un souvenir d’adolescence sensible et sucré. La boite à rythme chante en choeur avec la basse, l’ensemble est minimal et synthétique et pourtant tellement mélodieux et entraînant. En seconde lecture, comme un arrière-goût de mélancolie qu’on retrouve toujours chez Isaac Delusion.

Las aves

Toujours aussi percutant en live, Las Aves laisse entrevoir un deuxième album puissant et radical qui devrait éclairer l’année 2019. En rose et acier. Après un premier album “Die In Shanghai” remarqué, Las Aves renait aujourd’hui dans une eau rose et scintillante, réveillant les fantômes rave des 2000’s tout en invoquant les lamentations pop et maquillées des grandes divas d’outre-atlantique.

Lous and the yakuza

Avec sa voix de velours, Lous and the yakuza vous enveloppe et vous envoute d’un seul regard ! Du haut de ses 23 ans, Marie-Pierra de son vrai nom, est une combattante. Et avec Dilemme, elle frappe fort.

BICHE

L’histoire de Biche est intimement liée au lieu qui l’a vu naître, à savoir un studio de région parisienne entouré par la forêt, où règnent le calme et la tranquillité. C’est dans ce décor verdoyant qu’Alexis Fugain imagine ce projet afin de donner forme à toutes les images qui traversent son esprit : des nuits étoilées, des saules pleureurs à l’ombre infinie, des satellites qui observent des humains sans les comprendre, des levers de soleil interminables. La synthèse de ces paysages se fond dans un premier disque ‘La Nébuleuse de Sienne’ qui paraît en janvier 2017. On y découvre une véritable ode à l’oisiveté dans les paroles de ‘La Nuit Ne Nous Dit Jamais’ : « La paresse me tuera, si ça n’est pas déjà fait ».